Photo Quel est le rôle d'un metteur en scène ?

Quel est le rôle d'un metteur en scène ?

Quel est le rôle d'un metteur en scène ?

Une production théâtrale pourra ne pas être intéressante sans un élément central qui lui est indissociable actuellement : le metteur. Il est tout de même important de savoir qu'il s'agit d'un métier récent dans le domaine. Raison pour laquelle beaucoup de personnes ne savent pas en quoi il consiste réellement. Il est ainsi nécessaire de fournir divers éclaircissements à ce sujet.

La mise en scène, un aspect qui n'a toujours pas nécessité l'intervention d'un professionnel à part

Comme son nom le laisse déjà savoir, le metteur en scène a pour rôle de prendre en charge la mise en scène d'une pièce de théâtre. Avant le XIXe Siècle cependant, ce métier n'existait pas, cet aspect de cet art étant souvent assuré par le régisseur ou par l'auteur.

Il faut en effet noter que Molière avait l'habitude de cumuler les fonctions d'auteur, d'acteur, de chef de troupe et de metteur en scène. Mais comment cela était-il possible ? À l'époque en effet, les conventions attendues du public constituent la base de chaque représentation.

À partir du XIXe Siècle cependant, les formes théâtrales ont connu un important éclatement et cela a permis à la fonction de metteur en scène de s'émerger et de se muer en un véritable métier à part. André Antoine est l'un des premiers Français ayant exercé cet emploi. Dans le reste de l'Europe, les plus illustres metteurs en scène se nomment Stanislavski (Russie), Gordon Craig (Grande-Bretagne) et Suisse (Adolphe Apia).

Une perception différente du rôle

Il existe deux grandes tendances qui entourent le rôle d'un metteur en scène. En effet, si certains conçoivent qu'il s'agit seulement d'un métier consistant à une coordination générale des représentations, d'autres soutiennent qu'un metteur en scène doit encore aller plus loin, en ajoutant à cette coordination sa propre façon d'interpréter et de voire le texte qu'il a sous les mains.

Il existe ainsi deux camps opposés à ce propos : celui des professionnels qui accordent de l'importance à la fidélité au texte et celui des autres pour qui il faut donner aux metteurs en scène la liberté d'interpréter les écrits. Le Chef de file du premier camp se nomme Jacques Copeau, personnalité illustre de la littérature française ayant été à la source de la création du théâtre du Vieux-Colombier.

Pour lui et sa suite Jouvet, Dullin et Villar, être fidèle au texte, c'est respecter l'œuvre de l'autrui. Antonin, Vitez et Mnouchkine ne sont pas de cet avis. Pour ceux-ci en effet, la réactualisation des classiques est importante pour augmenter leur espérance de vie.

Un professionnel qui prend de plus en plus de liberté

Ces deux camps continuent de s'opposer en ce qui concerne la liberté quant à l'interprétation sur scène des pièces de théâtre. Force est cependant de reconnaître que le second, celui de Jouvet, Dullin et Villar enregistre de plus en plus de partisans. Ce qui est compréhensible sachant qu'un certain nombre de pièces s'affirment elles-mêmes comme œuvre ouverte, donnant diverses possibilités de mise en scène. C'est le cas notamment de Tartuffe de Molière.

En effet, si Jouvet, fidèle au texte, fait monter sur scène un personnage tartuffe pieux, mais détruit par la tentation, Vitez voit celui-ci comme un séducteur sûr des effets de son charme sur les femmes et qui n'hésite pas à en profiter.

Autres articles